Overblog
Editer la page Suivre ce blog Administration + Créer mon blog
/ / /

C'est à  peu près la question que l'on me pose à chaque fois lorsque je dis que je suis schizoïde.  On parle plus généralement de "Trouble de la personnalité schizoïde".

Nous sommes entre le congélateur au niveau du coeur et à la frontière de la schizophrénie. Je m'explique.

 

Sur le papier, les psy on un bouquin énorme qui répertorie les critères diagnostiques et recherches statistiques de troubles mentaux spécifiques, appelé Manuel diagnostique et statistique des troubles mentaux ou encore DSM pour les intimes. On parle aujourd'hui de DSM-IV car l'édition la plus récente est la 4ème. Parmi ces critères qui diagnostiquent quelqu'un de schizoïde on trouve en vrac : 

 

  • le sujet ne recherche ni n'apprécie les relations sociales y compris intrafamiliales proches
  • il choisit presque toujours des activités sans contact avec autrui
  • il présente peu ou pas d'intérêt pour le sexe
  • il n'éprouve du plaisir que dans de rares activités
  • il n'a pas de confidents en dehors des parents du 1er degré
  • il semble indifférent aux critiques autant qu'aux éloges d'autrui
  • il présente une froideur, un émoussement de l'affectivité

 

Attention, ce n'est pas forcément parce que vous présentez certaines de ces caractéristiques que vous êtes schizoïde. Le diagnostique est établit par un psychiatre ou un psychologue.

En général, on peut déceler un trouble de la personnalité vers l'adolescence ou à l'entrée de l'âge adulte. Pour moi, ce fut à l'âge de 14 ans lors d'une visite chez un psychiatre mais ça, c'est une autre histoire.

Décortiquons un peu tout cela :

 

 

  • le sujet ne recherche ni n'apprécie les relations sociales y compris intrafamiliales proches

Le propre de la personne schizoïde est la recherche de la solitude bienfaitrice. Les relations sociales font entrer en ligne de compte la notion de groupe ou de couple, une notion difficilement compréhanssible pour ces personnes. Nous, les personnes schizoïdes, ne sommes pas portées sur les relations avec les autres. Divulguer des informations personnelles n'est pas dans nos habitudes. Généralement, nous en savons plus sur notre interlocuteur que lui n'en sait sur nous.Les relations sociales peuvent engendrer du stress et des angoisses, parfois de la peur vis à vis d'autrui et de ses réactions. Nous avons du mal à regarder une personne dans les yeux.

Si j'ai crée ce blog, c'est avant tout pour essayer de m'ouvrir aux autres. Le net me permet de m'exprimer tout en gardant l'anonymat. C'est une sorte de thérapie.

 

  • il choisit presque toujours des activités sans contact avec autrui

Les activités en commun enclanchent les relations sociales et la coopération. Une personne qui ne sera pas au même niveau d'un individu schizoïde sera mise hors circuit. Un schizoïde n'est pas toujours pédagogue voir pas du tout.

 

  • il présente peu ou pas d'intérêt pour le sexe

Il s'agit la d'un véritable trouble comportemental. Une personne schizoïde a des relations sexuelles comme tout le monde si celle-ci le désire cependant, elle ne cherchera pas de partenaire afin d'établie une relation durable et ce qui en découle. Il en va de même pour les relations amoureuses, souvent difficile à maintenir.

 

  • il n'éprouve du plaisir que dans de rares activités

Un schizoïde met beaucoup de temps à trouver une activité plaisante, que ce soit dans un travail ou une activité culturelle, sportive, artistique. La notion de plaisir est très vague, parfois inexistante chez certaines personnes. Aussi la prise de plaisir dans une activité devient une véritable recherche. Une activité plaisante sera par contre vécue à 100%.

 

  • il n'a pas de confidents en dehors des parents du 1er degré

Les parents ou grands-parents sont les confidents les plus proches, seuls véritables locuteurs des problèmes personnels que nous pourrions rencontrer. La plupart du temps il s'agit d'un seul parent avec qui on peut se confier et discuter de sujets sensibles. Faire confiances à un psychiatre ou à un ami est souvent difficile. Une personne schizoïde imagine beaucoup de choses au sujet d'une personne, celles-ci étant parfois fausses.

 

  • il semble indifférent aux critiques autant qu'aux éloges d'autrui

Un compliment ne sera pas montrer à sa juste valeur (euphorie, remerciements etc...), la démonstration sentimentale n'étant pas un point fort. De même, une critique même agressive ne fera pas l'objet de représailles. Tout cela bien sur en apparence extérieure. Il n'en est rien en ce qui concerne le fort intérieur, un schizoïde rongeant constament son frein.

 

  • il présente une froideur, un émoussement de l'affectivité

L'expression des sentiments est difficile. Souvent maladroit, un sentiment n'est pas toujours exprimé dans la situation appropriée. Comme un enfant, nous devons apprendre à comment réagir face à une situaton et comment se comporter en société. Une personne schizoïde ressent des émotions, elle est seulement incapable de les démontrer ou malhabile dans sa démonstration. Souvent confuses, elles doivent faire de gros efforts pour réussir à les exprimer, ce qui peut la rendre froide vis à vis des autres.

 

 

 

 

Autres choses :  (Source : Cours de psychopathologie - Licence - Université de Dijon)

 

 

Les sujets ont une apparence pauvre : pauvreté du contact, repli sur soi, solitude très marquée, difficultés dans les contacts sociaux. Le sujet est donc froid, solitaire et distant, il est tourné sur lui-même et relativement inaccessible. Il y a également une pauvreté de l'activité : le sujet est flegmatique et semble déconnecté de l'environnement social, sans pour autant être considéré comme marginal ou anti-conformiste. La pauvreté s'exprime aussi à travers l'expression émotionnelle : la froideur émotionnelle dissimule souvent une ambivalence affective. Le sujet schizoïde est incapable de ressentir de la tendresse ou de la colère. (Cela ne l'empêche pas d'avoir des sentiments même si l'individu a du mal à les percevoir chez les autres.

 

Il y a une grande incapacité à percevoir et prendre en compte les sentiments des autres, d'où de grandes difficultés d'adaptation au cours d'échange avec les autres. (La perception des sentiments peut se faire progressivement avec une thérapie comportementale ou bien des mise en situations virtuelles. Elle peut évoluer de manière positive.)

 

L'humeur est monotone, marquée par un sang-froid et une insensibilité permanente. Le style cognitif : les sujets sont aussi avares de leur pensée que de leurs émotions : ils ont une tendance à la méditation, ont des pensées abstraites voire hermétiques... La perception d'eux-mêmes est souvent guidée par le sentiment d'être des individus à part, ce qui les conduit à se détacher des autres.

 

L'adaptation socioprofessionnelle est mauvaise, l'adaptation familiale également, ce que certains auteurs rapprochent des troubles schizophréniques : certains considèrent que la personnalité schizoïde est une personnalité pré-morbide à la schizophrénie.

(Je réagis à cela : il est vrai que les symptômes de la personnalité schizoïde sont en partie commun à ceux de la schizophrénie cependant une personne schizoïde et une personne schizophrène n'ont que peu de choses en commun.)

 

 

Prise en charge et Objectif thérapeutique

Il y a rarement une demande de prise en charge. L'objectif thérapeutique principal est de réduire l'isolement social, en apprenant par exemple au patient à développer ses compétences sociales (décoder les événements habituels), mais aussi à élargir la palette émotionnelle, chez lui-même et chez les autres. Il y a généralement de grandes difficultés à maintenir une relation thérapeutique.

 

 

 

 

Vous remarquerez que pour un schizoïde je suis assez souple sinon ce blog n'aurait pas vu le jour. Si je fais cela c'est parce que d'un côté, je n'ai pas envie de rester toute ma vie un cas psychiatrique. J'ai envie d'évoluer, de connaitre d'autres choses sans rester au fond de mon trou. Partir de chez moi fut un premier pas, vivre en couple un deuxième. Les pas sont progressifs mais présents.

Partager cette page
Repost0

Présentation

  • : Récit d'un schizoïde
  • : J'ai décidé d'ouvrir ce blog et de laisser mon témoignage sur ma vie en tant que schizoïde au quotidien. Il pourrait être utile à tous ceux qui souffrent de la même pathologie, afin de découvrir les autres sous un angle différent, ainsi qu'à leurs proches qui pourraient être à même de mieux les comprendre.
  • Contact

Recherche

Catégories